Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 14:04

L’astronomie nous offre le vertige d’impensables immensités : celles de l’espace, du temps ou de la multiplicité des mondes. Toutefois, le plus souvent, ces immensités ne résultent que d’un élargissement ou d’une multiplication des situations connues. Nous agrandissons simplement par le calcul ou l’imagination ce qui nous est familier.

Mais depuis quelques années, la recherche nous emmène sur des territoires infiniment plus vastes et plus inconcevables encore. Non seulement l’Univers est immense, incommensurable, peut-être infini, mais il est multiple. Il n’y aurait pas un Univers, mais une multitude et même une infinité d’Univers, sans communication aucune, ni spatiale, ni temporelle (sinon bien sûr, chacun ne constituerait alors que les parties d’un même tout, et le mot Univers prenant par définition le sens de la globalité, les comprendrait tous). Jusqu’à présent deux voies existaient pour penser ces nouveaux infinis.

 

D’une part le développement des théories de l’inflation, cette séquence du Big-Bang qui, aux tous débuts de notre monde, aurait en une infime fraction de seconde  multiplié la taille de notre Univers par un facteur gigantesque, conduisant la trame de l’espace-temps à s’étendre brutalement à des vitesses très supérieures même à celle de la lumière (1).

Ces théories offrent une certaine cohérence au scénario du Big-Bang (elles ont d’ailleurs été élaborées en ce sens). Cette inflation permet en effet de penser que toutes les régions de cet Univers ont été un temps en contact les unes avec les autres, justifiant l’homogénéité du monde constatée à grande échelle. L’inflation offre aussi une explication au caractère apparemment euclidien de notre univers, elle a « aplati » les irrégularités de courbures locales à la façon dont le gonflement d’un ballon gomme les plis du ballon dégonflé.

Or, ce scénario dit « inflationnaire »  envisage que la vitesse d’expansion ait connu ça et là quelques irrégularités menant à la création de « bulles » indépendantes (comme dans une sorte de mécanisme de cavitation). Chacune de ces bulles devenant alors un Univers indépendant, car séparé du reste à ce moment-là et incapable de s’y recoller. C’est là une première voie pour concevoir les univers multiples, autre nom des multivers.

 

La seconde catégorie est plus surprenante encore et prend naissance dans l’une des nombreuses interprétations de la mécanique quantique, c’est-à-dire bien souvent dans les tentatives pour rendre compréhensible des phénomènes a priori inconcevables pour l’esprit.

L’interprétation reine ou orthodoxe, parfois dite  de Copenhague  en référence à Niels Bohr son chef de file,  considère que tout phénomène, toute réalité matérielle effective, ne prend corps qu’après sa mesure. La réalité n’existe qu’après sa constatation. Avant, seule existe une probabilité que la mesure donne tel ou tel résultat. A la fameuse question « Est-ce que la Lune existe quand je ne la regarde pas ? », la mécanique quantique orthodoxe répond clairement non, au moins pour les particules (2). Bien sûr, cela donne lieu à mille débats philosophiques sur la nature du réel et sur le lien entre objet observé et observateur, redonnant éventuellement un rôle prééminent à la conscience dans la définition de la réalité et proposant même, selon certains, un nouveau lien entre science et religion.

Parmi les tentatives pour essayer de comprendre ou même d’éviter cette théorie surprenante et déstabilisante qui rend le réel dépendant de la conscience qui l’observe, l’une des plus remarquables, mais aussi des plus effrayantes est celle proposée par Hugh Everett en 1957.

Selon Everett, chaque fois que plusieurs possibilité de résultats existent, (c’est-à-dire en pratique plusieurs milliards de fois par seconde pour chacune de toutes les particules de l’Univers, je laisse imaginer le nombre de combinaisons auquel cela conduit depuis plusieurs milliards d’année) la nature ne choisit pas un résultat parmi tous les possibles au moment de la « mesure », mais l’Univers se démultiplie en autant d’autres Univers qu’il y a de possibilités. Nous sommes à chaque fois dans l’un d’entre eux et nos « doubles » ou plutôt nos « multiples » sont dans les autres, sans bien sûr la moindre possibilité de communication entre eux : ce sont bien des Univers différents. Dès lors, plus de mystère quant à la réduction de la réalité à  une seule des probabilités, mais par contre, une inflation vertigineuse du nombre de ces réalités, c’est-à-dire de ces Univers. C’est là l’autre catégorie de Multivers.

 

Récemment le physicien Yasunori Nomura a proposé de relier ces deux catégories de multivers (ceux issus de l’inflation et ceux issus de la théorie d’Everett donc) en proposant qu’il s’agisse d’un seul et même phénomène. La revue Pour la Science dans son numéro de septembre 2017 (3) a publié un article de ce chercheur décrivant les grandes lignes de son raisonnement. Le  suivre nécessite une très bonne connaissance de chacune des théories, ce qui dépasse largement le cadre de ce site. Le point principal est que la formation d’une nouvelle « bulle-Univers » (première catégorie donc) est l’équivalent d’un résultat possible de mesure (deuxième catégorie). Les différents « Univers-bulles » ne coexisteraient pas en « réel » mais dans une sorte d’espace mathématique de probabilité comparable à celui proposé par la mécanique quantique. Dans ce cadre, les habitants d’un Univers peuvent retrouver le concept de prédictabilité (indispensable à la science) qui s’évanouit lorsque l’on propose que soit réelle l’infinité des possibles; en effet, si tout est possible rien n’est prédictible de façon unique puisque tout peut arriver.

 

De telles théories sont très difficiles à tester et l'on peut leur faire le reproche de n'être que de pures spéculations malgré la rigueur scientifique de ceux qui les portent. Elles semblent toutefois confirmer que l’Univers est compliqué, extrêmement surprenant, probablement incompréhensible à des cerveaux sélectionnés par la nature pour faire face aux tâches de survie immédiate. Infiniment étrange et déstabilisante, la réalité dépasse et dépassera peut-être ce que nous pouvons concevoir.  Cependant, puissent les travaux de ces chercheurs favoriser le lien, à mon avis fécond et nécessaire, entre philosophes et scientifiques.

 

Voir ici la conférence donnée par Aurélien Barrau sur ce sujet

 _________________________________________________________

(1) Sans que cela ne vienne en contradiction avec la relativité restreinte car, dans le cadre de cette théorie, ce sont les objets matériels, les rayonnements ou l’information dont la propagation ne peut dépasser la vitesse de la lumière (299 792 458 mètres par seconde), la trame de l’espace-temps peut s’étendre plus vite. Les objets qui de ce fait seulement s’éloigneraient les uns des autres plus vite que la lumière ne peuvent se voir et communiquer et donc, aucune mesure de vitesse supérieure à la lumière ne peut être constatée. La sacro-sainte loi de la relativité n’est pas violée.

(2) Nous n’évoquerons pas ici le délicat problème aussi bien technique que conceptuel du passage du microscopique au macroscopique les deux semblant fonctionner selon des lois différentes (respectivement quantique et classique) alors que le second n’est que l’agrégation du premier. Il va de soi que c’est un des problèmes parmi les plus étudiés et les plus discutés de la physique.

(3) Pour la science : numéro 479, septembre 2017, p 25 à 34. Article de Yasunori Nomura, Les univers multiples, miroir du monde quantique ? , (le lien ici proposé donne accès au début du texte). Cet article est par ailleurs suivi d'une étude de Sébastien Renaud-Petel rappelant les atouts du scénario de l’inflation.  

Partager cet article

Repost0

commentaires

Alain MOCCHETTI 19/05/2018 22:49

CALCUL DE LA VITESSE MOYENNE D'EJECTION DU PLASMA DANS LE VIDE SIDERAL
Un groupe d'astronomes a découvert 7 galaxies parmi les plus lointaines connues, observées sur une période s'étendant entre 350 et 600 millions d'années après le Big Bang. L'une d'entre elles pourrait même détenir un record. Hubble la montre peut-être alors que le cosmos n'avait que 380 millions d'années.
Calcul de la vitesse moyenne d’éjection du plasma pendant les 380 premiers millions d’années :
V : Vitesse Moyenne avec V = D/T,
D : Distance parcourue par le plasma originel durant les 380 millions d’années qui ont suivi le Big Bang qui a été instantané t < 10 E-32 secondes,
T = 380 E+06 années = 380 E+06 X 365 X 24 X 3600 secondes = 1,20 E+16 secondes,
Ne connaissant pas D, il nous est impossible de calculer la Vitesse Moyenne d’Ejection du Plasma, mais cette Vitesse est SUPRALUMINIQUE (sans doute plusieurs milliers de fois la Vitesse de la Lumière qui est de 300000 km/s). Donc la Matière, non le PLASMA peut se déplacer à plusieurs fois la Vitesse de la Lumière, alors que la Mécanique de la Relativité d’Albert Einstein définit une Vitesse maximale de la Matière possible égale à la Vitesse de la Lumière. Plus la Vitesse est grande, plus la Masse de la Matière en mouvement se désagrège en devenant de l’Energie.
E = MC² avec C = la Vitesse de la Lumière qui est une Constante Universelle dans tous les Univers Multiples et les Univers Généralisés.
Suite dans une prochaine rubrique CALCUL DE LA VITESSE MOYENNE D'EJECTION DU PLASMA DANS LE VIDE SIDERAL.
Le présent Article va être publié 40 fois sur YouTube et 100 fois sur GOOGLE.
Alain Mocchetti
Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
UFR Sciences de Metz
alainmocchetti@sfr.fr
alainmocchetti@gmail.com
@AlainMocchetti

Alain MOCCHETTI 26/04/2018 19:56

COMMENT DISSOCIER UN UNIVERS PARALLELE (N=1,M=1,P>1) D'UN UNIVERS GENERALISE (N>1) ?
Le présent Article relève purement de l’imaginaire, de la science-fiction, il deviendra peut-être réalité lorsque la Recherche Scientifique en Astrophysique aura fait un bond considérable. Avant de lire cet Article Scientifique le 19ème, il est impératif de lire dans l’ordre croissant (1 à 18) les Articles figurant dans ASTROPHYSIQUE – RECAPITULATIF GENERAL (Articles 1 à 8) et ensuite dans ASTROPHYSIQUE – SUITE DU RECAPITULATIF GENERAL(1) (Articles 9 à 16) et pour finir les Articles 17 & 18 figurant dans ASTROPHYSIQUE – SUITE DU RECAPITULATIF GENERAL(2) Les Récapitulatifs sont accessibles dans le Journal Facebook DAVID MOCCHETTI qui est un Journal Scientifique gratuit toutes sciences confondues. C’est moi Alain MOCCHETTI le père à David qui le rédige.
Initialement, j’avais décidé de ne rédiger que 18 Articles ayant attrait à l’Astrophysique, je viens de décider d’en rédiger 24 Articles, les Articles 17 à 24 figureront dans ASTROPHYSIQUE – SUITE DU RECAPITULATIF GENERAL(2).
Dans l’Article 18, nous avons vu que les Univers généralisés font doublons avec les Univers Parallèles définis dans l’Article 6 (Univers Parallèles – Définition).
Le jour où l’homme découvrira un Univers Parallèle, sera-t-il rattaché à notre Univers Multiple ou sera-t-il un autre Univers Généralisé (N>1), il sera impossible de savoir ce qu’il en est car ces 2 types d’Univers se présentent comme des Univers Parallèles à notre Dimension (Terre, Système Solaire, Voie Lactée et sa myriade de Galaxies environnantes). En supprimant les Univers Parallèles rattachés aux Univers Multiples, l’Univers Généralisé devient la Réunion de tous les Univers Multiples. Ainsi, l’Univers Super Généralisé devient la Réunion de ces Univers Généralisés qui sont à l’instar des Univers Multiples infinis et superposés. Que devient le Vecteur Position Spatio-Temporelle ? Soit CC un Corps Céleste situé dans cet Univers Super Généralisé, nous avons :
V(CC) = (X, Y, Z, T, N, M) possède 6 composantes donc l’Univers Super Généralisé remanié a pour dimension 6. Nos nouveaux Univers Généralisés avec N>1 sont nos nouveaux Univers Parallèles. Voila qui devrait rassurer mes fidèles Lecteurs et Internautes qui sont passionnés comme moi par la Science. IL me reste 5 Articles à rédiger, 5 Articles Scientifiques rattachés à l’ASTROPHYSIQUE, je ferais le maximum pour qu’ils soient des Articles à Sensation et Prémonitoires.
- X : Abscisse exprimée en Année-Lumière al,
- Y : Ordonnée exprimée en al,
- Z : Cote exprimée en al,
- T : Temps exprimé en million(s) d’année(s) Ma,
- N : Indice de l’Univers Généralisé,
- M : Indice de l’Univers Multiple.
Equation Universelle :
UNIVERS SUPER GENERALISE = HYPERESPACE.
Bilan des différents types d’Univers :
Ils sont au nombre de 3 et sont :
- Les Univers Multiples,
- Les Univers Généralisés qui sont des Univers du type Parallèle,
- L’Univers Super Généralisé ou Hyperespace qui est unique.
Alain Mocchetti
Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
UFR Sciences de Metz
alainmocchetti@sfr.fr
alainmocchetti@gmail.com
@AlainMocchetti

Alain MOCCHETTI 14/04/2018 16:31

ASTROPHYSIQUE - DANS QUEL ORDRE FAUT IL LIRE IMPERATIVEMENT MES 16 ARTICLES.
Pour une bonne compréhension de tout ce que j’ai rédigé sur l’ASTROPHYSIQUE, il est vivement conseillé de lire dans un premier temps la rubrique ASTROPHYSIQUE – RECAPITULATIF GENERAL qui comporte 8 Articles numérotés de 1 à 8 à lire dans l’ordre croissant, c’est-à-dire :
- 1 : Théorie de l’Infini version Alain Mocchetti,
- 2 : IL existe une infinité de planètes habitées par de la vie organique – Démonstration par récurrence,
- 3 : Principe fondamental relatif aux Univers Multiples,
- 4 : Comment s’est formée la gigantesque Sphère de Plasma à l’Origine de notre Big Bang,
- 5 : Théorie de la Boucle version Alain Mocchetti – La boucle est elle bouclée ?
- 6 : Univers Parallèles – Définition,
- 7 : Combien y a-t-il de Vortex entre les Mondes Parallèles,
- 8 : Dans l’Univers, il existe 3 types de Vortex.
Dans un second temps lire la rubrique ASTROPHYSIQUE – SUITE DU RECAPITULATIF GENERAL (1) qui comporte 8 articles numérotés de 9 à 16 à lire dans l’ordre croissant, c’est-à-dire :
- 9 : Qu’est-ce qu’un Vortex Espace – Temps et un Trou de Ver ?
- 10 : Le Triangle des Bermudes cache t il un Vortex du type 1, 2, 3 ou 4 ?
- 11 : La dimension de l’Univers Généralisé est 6 - Démonstration,
- 12 : Définition simplifiée de l’Hyperespace,
- 13 : Comment voyager par Vortex d’un Corps Céleste indice 1 vers un Corps Céleste indice 3,
- 14 : Comment voyager par Vortex Spatio – Temporel d’un Corps Céleste indice 1 vers un Corps Céleste indice 3,
- 15 : Quels sont les voyages possibles dans l’Univers Généralisé ou Hyperespace,
- 16 : Astrophysique & Physique Nucléaire.
Pour lire les 2 rubriques ASTROPHYSIQUE – RECAPITULATIF GENERAL et ASTROPHYSIQUE – SUITE DU RECAPITULATIF GENERAL (1), se connecter au Journal Facebook DAVID MOCCHETTI qui est mon Journal Scientifique, il est gratuit, donc bonne lecture et bonne compréhension des 16 Articles Scientifiques à lire IMPERATIVEMENT dans l’Ordre sous peine de mauvaise compréhension générale. Bientôt dans mon Journal Scientifique, vous pourrez lire 8 nouveaux Articles concernant l’Astrophysique numérotés de 17 à 24.
Il important de bien compiler et dissocier les Univers Multiples, les Univers Parallèles et l’Univers Généralisé dont la dimension est 6 pour ce dernier type d’Univers.
Alain Mocchetti
Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
UFR Sciences de Metz
alainmocchetti@sfr.fr
alainmocchetti@gmail.com
@AlainMocchetti

Alain MOCCHETTI 01/02/2018 22:04

DANS L'UNIVERS IL EXISTE 3 TYPES DE VORTEX.
Il existe 3 types de Vortex qui permettent de voyager :
- A l’intérieur de notre Univers Multiple,
- De notre Univers Parallèle vers un autre Univers Parallèle,
- De notre Univers Multiple vers un autre Univers Multiple.
Dans les 3 cas de figure, les Vortex sont similaires, ils possèdent la même technologie car ils assurent les mêmes fonctions. IL y a lieu de rappeler ce que sont les Univers Multiples (1) et les Univers Parallèles (2)
(1) LES UNIVERS MULTIPLES :
THEORIE DE L’INFINI VERSION ALAIN MOCCHETTI
L’espace temps est un système mathématique d’ordre 4 (espace : 3 dimensions, temps : 1 dimension). On va se limiter à l’espace-temps tel que l’homme le connaît, donc on fait abstraction des mondes dits parallèles, des trous de ver, des trous noirs, des courbures dans l’espace-temps et de tout autre phénomène physique non expliqué jusqu’à aujourd’hui. En commençant par le temps t, il est infini autant vers le passé que vers le futur, il suffit pour cela d’opérer un raisonnement par récurrence. Quant à un espace à 3 dimensions, on distingue l’infiniment petit de l’infiniment grand. Nos connaissances actuelles dans la Science nous font dire que l’Univers tel qu’on le connaît est issu d’un seul big-bang. Et bien non, dans le passé il y a eu une infinité de big bangs suffisamment espacés géographiquement parlant pour éviter toutes interférences entre des galaxies issues de big-bangs différents et dans le futur, il y aura aussi une infinité de big-bangs avec les mêmes caractéristiques que le passé, l'Univers est infini dans tous les sens du terme. Il y a une infinité de galaxie, une infinité d’étoiles, une infinité d’exoplanètes dites telluriques et une infinité de planètes gazeuses. Le nombre de système planétaire est infini. Par récurrence, on démontre qu’il y a de la vie organique et de la vie sous autres formes sur une infinité d’exoplanètes. La distance qui sépare deux planètes telluriques habitées peut être cyclopéenne mais peut-être moindre (planètes habitées proches l'une de l'autre), les vitesses des vaisseaux spatiaux actuels (ORION) nécessitent des centaines de milliers d’années pour atteindre la première exoplanète présumée habitée de la Terre. Les scientifiques vont devoir mettre au point l’hibernation qui nécessitera des dizaines de siécles de recherche scientifique pour espérer aller sur l’exoplanète habitée la plus proche de notre système solaire. D’autre part, il va falloir dans des millénaires voyager à la vitesse de la lumière et d'avantage ce qui est impossible aux vues des équations de la mécanique relativiste d’Einstein. Pourvu qu’Albert Einstein se soit trompé dans ses très complexes équations.
(2) LES UNIVERS PARALLELES :
UNIVERS PARALLELES – DEFINITION
Pour commencer, il y a lieu de redéfinir ce que sont les Univers Multiples et les Univers Parallèles. Les Univers Multiples sont cote à cote, alors que les Univers Parallèles sont superposés. Il y a une infinité d’Univers Multiples et il en est de même pour les Univers Parallèles. Si à chaque Univers Multiple, correspond un ou plusieurs Univers Parallèles, voir une infinité d’Univers Parallèles, nous nous trouvons dans un Espace à 5 dimensions : espace (3 dimensions), indice de l’Univers Parallèle numéroté de 1 à n (1 dimension) et enfin le temps (1 dimension). Comment communiquent les Univers Parallèles entre eux, eh bien il y a des passages, des vortex pour passer d’un Univers Parallèle à un autre, les vortex sont en quantité finie, les Univers Parallèles peuvent être totalement différents les uns des autres et abriter des formes de vies différentes (VIE SOUS AUTRE FORME). Pour les Chercheurs, il faut localiser un ou plusieurs vortex, les étudier et mesurer la matière qui transite d’un Univers Parallèle à un autre (protons, neutrons, électrons, antimatière). Si tel est le cas, les Scientifiques auront démontré la présence de Mondes Parallèles. Ce serait une découverte sans précédent pour l’Astrophysique et l’Astronomie. Ce serait plus facile de voyager si compatibilité d’un Univers Parallèle à un autre (distance courte à parcourir) que de voyager d’un univers Multiple vers un autre (plusieurs millions d’année lumière al). Même au sein de notre Univers Multiple, il est quasiment impossible de rallier la Voie Lactée à une autre galaxie. Suite dans une prochaine rubrique UNIVERS PARALLELES – DEFINITION. Le présent article va être diffusé sur mon Journal Facebook DAVID MOCCHETTI, sur YouTube et Google.
Les feuilletons de la série TV STARGATE illustre à eux seuls ce que sont les Vortex qui permettent de voyager à l’intérieur de notre Univers Multiple ou Parallèle.
Alain Mocchetti
Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
UFR Sciences de Metz
alainmocchetti@sfr.fr
alainmocchetti@gmail.com
@AlainMocchetti

Alain MOCCHETTI 31/01/2018 21:34

COMBIEN Y A T IL DE VORTEX ENTRE LES MONDES PATALLELES ?
Rappel de ce que sont les Univers Parallèles :
Pour commencer, il y a lieu de redéfinir ce que sont les Univers Multiples et les Univers Parallèles. Les Univers Multiples sont cote à cote, alors que les Univers Parallèles sont superposés. Il y a une infinité d’Univers Multiples et il en est de même pour les Univers Parallèles. Si à chaque Univers Multiple, correspond un ou plusieurs Univers Parallèles, voir une infinité d’Univers Parallèles, nous nous trouvons dans un Espace à 5 dimensions : espace (3 dimensions), indice de l’Univers Parallèle numéroté de 1 à n (1 dimension) et enfin le temps (1 dimension). Comment communiquent les Univers Parallèles entre eux, eh bien il y a des passages, des vortex pour passer d’un Univers Parallèle à un autre, les vortex sont en quantité finie, les Univers Parallèles peuvent être totalement différents les uns des autres et abriter des formes de vies différentes (VIE SOUS AUTRE FORME). Pour les Chercheurs, il faut localiser un ou plusieurs vortex, les étudier et mesurer la matière qui transite d’un Univers Parallèle à notre Univers (protons, neutrons, électrons, antimatière). Si tel est le cas, les Scientifiques auront démontré la présence de Mondes Parallèles. Ce serait une découverte sans précédent pour l’Astrophysique et l’Astronomie. Ce serait plus facile de voyager si compatibilité d’un Univers Parallèle à un autre (distance courte à parcourir) que de voyager d’un univers Multiple vers un autre (plusieurs millions d’année lumière al). Même au sein de notre Univers Multiple, il est quasiment impossible de rallier la Voie Lactée à une autre galaxie. Suite dans une prochaine rubrique UNIVERS PARALLELES – DEFINITION. Le présent article va être diffusé sur mon Journal Facebook DAVID MOCCHETTI, sur YouTube et Google.
Deux cas de figure existe :
- Il y a un nombre fini d’Univers Parallèles avec le nôtre (1),
- Il y a un nombre infini d’Univers Parallèles avec le nôtre (2).
Dans le premier cas (1), il y a un nombre fini de vortex qui permettent de rallier notre Univers (Parallèle) aux autres Univers Parallèles.
Dans le deuxième cas (2), il y a plusieurs Niveaux de Vortex :
- Niveau 1,
- Niveau 2,
- Niveau 3,
- Niveau n,
Un Niveau 1 de Vortex donne accès à un Niveau 2 de n Vortex qui chacun d’eux donnent accès à un Niveau 3 de m Vortex, ainsi on pousse le raisonnement à l’INFINI et nous avons résolu la cas (2). Il faut savoir que des Scientifiques ont découvert le passage d’AntiMatière à un Vortex de Niveau 1. Ils ont ainsi prouvé que les Mondes ou Univers Parallèles existent bien. Suite dans une prochaine Rubrique COMBIEN Y A T IL DE VORTEX ENTRE LES MONDES PATALLELES ?
Alain Mocchetti
Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
UFR Sciences de Metz
alainmocchetti@sfr.fr
alainmocchetti@gmail.com
@AlainMocchetti