Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 20:44

Les amateurs d'astronomie, et plus généralement tous ceux qui s'intéressent à la science, ont été particulièrement gâtés ces derniers mois.

Non seulement nous avons découvert des vues des deux principales planètes naines du système solaire avec les images de Cérès prisent par la sonde Dawn il y a juste un an, mais un peu plus tard, à l'automne dernier, nous avons enfin vu à quoi ressemblait Pluton (plus exactement le couple Pluton-Charon et ses quatre satellites) avec les splendides photographies de la sonde New Horizons. Le tout bien sûr, complété par l'extraordinaire exploration de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko (dite « Tchouri ») par la sonde Rosetta et son petit atterrisseur vedette Philae en novembre 2014.

Pourtant, astronomiquement parlant, tout cela sera sans doute balayé par l'annonce, le mois dernier, de la découverte tant attendue des ondes gravitationnelles à partir de détections obtenues dans les observatoires américains LIGO le 14 septembre 2015 à 11 h 51.

La vidéo suivante d'une conférence donnée au CEA Saclay en février dernier par Fabien Cavalier, Fabian Schussler et David Elbaz offre un panorama assez complet de la nature de ces ondes, de leur mode de découverte et des implications d’une telle confirmation.

Comme le dit bien Fabien Cavalier (première intervention) la découverte de ces ondes est  très importante, elle valide de nombreux éléments au cœur de la recherche astronomique de ces dernières années.

Elle constitue d’abord une validation de plus de la théorie de la relativité générale qui forme le cadre de notre description du cosmos, elle contraint toute déviation éventuelle à cette théorie dans des limites de plus en plus étroites. Elle prouve l’existence de systèmes de trous noirs binaires et constitue la première observation de leur coalescence. Elle valide par la même occasion l’existence de trous noirs stellaires d’une masse supérieure à 15 ou 20 masses solaires. Ici les deux trous noirs qui sont entrés en collision à 200 000 kms-1 (!) avaient une masse respective de 29 et 36 masses solaires, l'énergie dégagée lors de la coalescence à l'origine des ondes équivalait à 3 masses solaires (!) Le tout aurait eu lieu il y a 1,3 milliards d'années. Bref, cette découverte fait passer tout un ensemble d’astres et de phénomènes de l’hypothèse à la réalité.

Pour la conférence ne vous laissez pas décourager par le son catastrophique de l’introduction, dès le passage au premier conférencier (Fabien Cavalier),  tout s’arrange.

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES
commenter cet article

commentaires